L’amour c’est parfois violent… #TBCS4E2

Quand Samantha m’a annoncé qu’elle se mariait dans trois mois, ma première question fut instinctive: « Avec qui? » . Ce qui m’a surpris, c’est qu’elle fut surprise par ma question!

« Mais Elie, avec Benjamin non? Avec qui d’autre je devrais me marier? »

Ce soir-là, j’étais entrain de prendre un verre à la maison avec des amis et j’ai préféré juste lui dire qu’on en rediscuterai plus tard.

Ca faisait environ six mois que je connaissais Samantha. on avait été présenté par un ancien collègue à moi qui la recommandait pour des prestations en assurance auprès de notre société. Habituellement je mets une barrière entre moi et les démarcheurs des compagnies d’assurance, mais non seulement Samantha était recommandée par quelqu’un pour qui j’avais du respect mais en plus elle avait su se montrer sympathique. D’ailleurs au départ je me demandais si cette gentillesse avait juste un caractère commercial ou si elle n’essayait pas réellement de me faire du charme.

Finalement Samantha n’avait gagné aucun marché chez nous mais on était devenu de bons amis, je précise bien amis, car rapidement j’avais remarqué l’alliance qui trônait sur son annulaire gauche et elle ne manquait aucune occasion de me raconter les exploits de Benjamin son chéri. Je précise tout de suite que ces exploits n’étaient que rarement glorieux…

na----circe---femme-battue

Parlant de ces exploits, un soir, il devait être 23H par là, je reçois un appel de Samantha, que je refuse de décrocher au vue de l’heure. Elle insista et ensuite envoya un sms me demandant de la rappeler urgemment… Quand quelques minutes après je l’ai rappelée, elle était en sanglots à l’autre bout du fil. Samantha m’a expliqué qu’elle venait d’avoir une grosse dispute avec Benjamin au sujet de sms sur lesquels elle était tombée dans le téléphone de son fiancé. En gros il y avait une conversation très « intime » entre Benjamin et une fille qui semblait être une ancienne copine de passage dans la ville… Quand elle avait demandé à Benjamin de s’expliquer, il l’avait juste copieusement engueulé et s’en était allé en disant qu’il ne reviendrait pas cette nuit là… Je me suis évertué ce soir là à la calmer autant que je pouvais en lui disant qu’il n’était pas forcement allé passer la nuit avec cette « rivale »… Même comme je pensais le contraire…

« Si tu ne sais pas t’occuper d’un homme je vais te montrer comment faire… »

Deux jours plus tard, nouveau coup de fil tardif, à nouveau des pleures au bout du fil, et une fois de plus Benjamin et sa maitresse à l’origine du drame nocturne… Avant de vous raconter les faits de ce soir là, je dois quand même vous signaler que le lendemain de la dispute au sujet des sms, j’avais eu confirmation que Benjamin n’était pas rentré de la nuit, pire encore, Samantha ayant noté le numéro de la fille lui avait envoyé des messages de menace et avait reçu pour réponse: « Si tu ne sais pas t’occuper d’un homme je vais te montrer comment faire… ». Donc ce soir là Samantha m’appelle et m’explique qu’elle est couchée dans sa voiture  après avoir été jetée dehors par Benjamin. Plus tôt ce soir là elle l’avait discrètement suivi alors qu’il allait rejoindre sa maitresse dans un hôtel pas loin de chez eux. Mal lui en a pris car non seulement il l’avait brutalisé quand elle a voulu faire un scandale à l’accueil de l’hôtel, mais en plus il l’avait plus tard correctement rossé une fois à la maison et jeté dehors, tout ca devant la jeune nièce de Samantha qui vivait avec eux…

338bf79b

Cette nuit là, j’avais clairement dis à Samantha qu’à mon avis il état temps de quitter Benjamin, ca allait de mal en pis et quand on passait des violences mentales aux violences physiques ce n’était pas un bon signe. Elle passa cette nuit là quasiment à la belle étoile et dès le lendemain cherchais déjà des excuses à son beau Benjamin: Elle n’aurait peut-être pas du fouiller son téléphone? Le suivre comme un bandit était peut-être exagéré? A-t-elle été une copine exemplaire?…

Le pire dans les situations de violences conjugales c’est quand le bourreau réussi à faire croire à la victime que c’est elle la coupable. A la base une relation amoureuse est certes fusionnelle, mais c’est aussi la rencontre de deux tempéraments et inévitablement il y’en a un qui va asseoir sa domination sur l’autre et souvent ca se fait de la mauvaise façon.

Est ce que les dernières gifles reçues avaient déplacé son cerveau?

Lorsque trois mois après Samantha m’a donc annoncé qu’elle épousait bientôt Benjamin, vous comprenez maintenant ma surprise! Est ce que les dernières gifles reçues avaient déplacé son cerveau? En tout cas, elle semblait tellement heureuse que je n’ai pas eu le courage de remettre en question ce choix… Quand on en a rediscuté comme convenu je lui ai juste dit que si elle était heureuse alors j’étais content pour elle.

Quelques mois plus tard, j’ai vu sur Facebook Samantha joyeuse à son mariage, auquel je n’ai pas assisté (ça c’est une autre histoire :)) , j’espère que sa vie d’épouse est aussi joyeuse que ce jour de célébration.

J’espère surtout que son Benjamin écoute et applique les conseils de Franko dans son titre « faut pas taper sur madame »…

Aujourd’hui je suis beaucoup moins proche de Samantha, la vérité c’est que je n’ai même plus de ses nouvelles, j’ose quand même espérer qu’elle n’est pas allée grossir les rangs des conjoints maltraités…


Ce récit est basé sur des faits réels, et seuls les prénoms ont été modifiés pour préserver l’anonymat des intervenants.

Cet article à été écrit dans le cadre du #TBC (The Blog Contest) qui est une espèce de réseau social entre blogueurs et lecteurs, où chaque mois ces derniers imposent un thème d’écriture et pour ce deuxième épisode de la saison 4, il s’agissait de parler de violences conjugales!

Vous pouvez rejoindre cette communauté en cliquant ici.
Et surtout lire les articles des autres blogueurs qui se sont frottés à ce sujet:

Publicités

21 réflexions sur “L’amour c’est parfois violent… #TBCS4E2

  1. SERGE N dit :

    Article très intéressant et, malheureusement, tout tout proche de la réalité.
    Le couple repose sur un mythe fusionnel, comme si nous ne faisons qu’un alors que nous sommes définitivement deux, c’est cette mauvaise graine qui propage scandaleusement l’acceptation de l’inacceptable qui sévit dans les couples.
    On n’appartient pas l’un à l’autre, cette gangrène des ménages qu’est la possession(qui a fait un coup d’état à l’amour sans préavis) sait, mieux que tout, fausser le jugement et berner la raison.
    Ce sont toutes ces amours incohérentes et pernicieuses qui nourrissent le malaise(dominant -dominé, moi je crois en l’égalité, à un leadership partagé selon l’instant dans les couples), on reste par peur de la solitude, du recommencement(pourtant essentiel),de l’inconnu…On se projette dans l’amer, le néant,on se complait dans la désillusion au nom pompeux de l’amour, dont ce n’est à l’évidence, que le cadavre.
    Le syndrome de Stockholm a infiltré les histoires de couple et en est ,hélas ,devenu le socle. Bourreau et victime ont fanatisé le lien et se sont convaincus d’amour, refermant ainsi sur eux(la victime surtout, l’auteur de violence, je m’en fous un peu j’avoue) le piège
    Il ne faut jamais minimiser les signaux de départ et excuser les signes primaires de violence puisqu’ici ,comme en toute chose, le diable est dans les détails, ne pas prendre des dispositions ouvre la porte à un engrenage malsain, dont il est compliqué de sortir; spirale qui a des ressorts psychologiques profonds qui nécessitent qu’on se fasse aider. Travailler aussi l’estime ,la considération de soi au quotidien dans tous les pans de notre vie permet de tenir à son intégrité comme à sa raison d’être et donne des armes utiles pour dire non dès la première alerte et éviter les nids d’amertume et de frustrations que sont devenus plusieurs couples mariés ou pas
    Toutefois, il n’y a pas de conscience tardive, j’ai la faiblesse de croire que ,dans un avenir proche, toutes les sociétés intégreront la violence conjugale comme abomination et la condamneront et que le temps fâcheux où elle est souvent justifiée,comprise,légitimée sera caduc. D’ici là, il serait utile que le législateur prenne le taureau par les cornes et adapte avec une extrême fermeté la loi à toutes les formes de violence conjugale.

    Aimé par 1 personne

  2. Maa Sessanna dit :

    J’ai mal comme à chaque fois que je lis des histoires sur les violences dans les couples… Le pire c’est que cela a tlmt été banalisé et justifié dans notre société que les victimes se sentent plus coupables que les bourreaux… Nous aussi nous sommes tous autant coupables par nos silences complices… car les degats sont vrmt dramatiques aussi bien pr le coupe que pr les enfants qui vivent ça au quotidien. Voire sn tuteur tabasser ma mère adoptive au quotidien, le voir lui mettre un pistolet sur la tempe, lui arracher les cheveux sur des rasta fraichement tissés, devoir se cacher derrière les rideaux et camer mes cadets en pleurs…Oui j’ai connu ça !!! L’image du père de famille irréprochable socialement parlant (DG d’une multinationale) mais terreur de sa compagne ! Et d’un autre coté j’en ai aussi voulu pdt lgts à ma mère adoptive de n’avoir jamais eu le courage de partir à cause du confort financier et du qu’en dira t-on. Ds une cabane en planche je l’aurais suivi bien loin de notre duplex à 3 niveaux. J’en ai voulu aussi à tous ces adultes qui connaissaient la vérité mais qui faisaient semblant chaque fois quils venaient à la maison

    Oui, j’ai mis longtemps à en guérir, à ne pas considérer tous les hommes comme mes ennemis, j’avais beau rire avec eux, flirter mais je les gardais à bonne distance… d’ailleurs je me souviens je disais tjrs étant ado le jour qu’un homme lève la main sur moi (ne ce resqu’une gifle) je le tue dans sn sommeil, je le disais avec tlmt de calme et de détermination que mn entourage en avait la chair de poule. Et je crois m^me que Dieu lisant dans mes pensées a tout fait pr ne jamais mettre un homme violent sur ma route car il savait que je serai passé à l’acte…

    Certes ma conception a bien changé now (pas ds l acception de la violence mais sur les moyens ne pas la subir) mais de grâce DÉNONÇONS , SOUTENONS les victimes, CROYONS à tout ce qu’elles nous racontent et ne les JUGEONS PAS.
    LA VIOLENCE NE DOIT PAS ÊTRE BANALISÉE. ELLE TUE.

    Merci Papy pr l’article

    Aimé par 2 people

  3. Récit véridique dans le sens où cela arrive trop souvent mais une chose m’interpelle aussi. Dans ton récit, point de culpabilité soulevée pour avoir abandonné ton ami à son sort. Bien que je vois mal comment tu aurais pu faire différemment, mais ça évoque aussi très bien la grande difficulté que nous avons dans nos pays autour des violences conjugales: comment sauver les victimes?
    En tout cas bel article. Bises

    Aimé par 2 people

    • C’est en écrivant que je me suis rendu compte qu’en effet je l’avais peut-être abandonné… Mais il faut déjà que la personne reconnaisse être victime pour être aidée …

      J'aime

      • dans ce cas, comme dans beaucoup d’autres cas de difficulté émotionnelle (ex: dépression), il n’est pas souvent facile d’analyser objectivement, on a besoin des autres. Ne dit-on pas, qu’on ne peut pas être dans le train et se regarder passer?

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s